11 juin 2024 — Mâcon, Conservatoire Edgar Varèse — Figures doubles — Concert/Créations

Concert dans le cadre de ma résidence de création entre février et juin 2024 au Conservatoire Edgar Varèse

FIGURES DOUBLES

Mardi 11 juin 2024, 18h

Auditorium de Conservatoire Edgar Varèse —  3 Rue de la Préfecture, 71000 Mâcon

1re partie 

  • Vincent Raphaël Carinola, Cinq petites pièces sentimentales (2024), suite pour instruments et dispositif électroacoustique. Création, commande de Mâconnais-Beaujolais Agglomération (M.B.A.).

1 Mélancolie, pour piano
2 Déchirure, pour violon
3 Regrets, pour violoncelle
4 Incertitude, pour trompette en sib
5 Amour, pour deux batteries

Chaque pièce présente des musiciens sur scène comme s’ils étaient des personnages d’opéra, enveloppés par les sons spatialisés d’une sorte d’orchestre de fosse imaginaire. Leur « chant », très expressif, tantôt hésitant, tantôt agité, parfois violent, est traversé par un même flux harmonique qui les relie les uns aux autres, faisant de l’ensemble la succession d’états d’âme d’un même personnage multiple. Les Cinq petites pièces sentimentales ont été écrites durant ma résidence de création au CRD Edgar Varèse, en lien avec les élèves qui en font la création :

Yi Li (piano), Louise Corret (violon), Agathe Corret (violoncelle), Ethan Maugé (trompette), William Desroches et Romain Pozza (batteries)

Un très grand merci à eux à leurs professeurs qui les ont accompagnés. Les Cinq petites pièces sentimentales sont dédiées à David Hurpeau.

VRC

2ème partie

Anne-Sophie Pannetier (harpe), Maïne Pion-Piola (flûte)

  • Anne Castex, Automate I (2022), pour harpe et dispositif électroacoustique

Un automate, c’est au premier abord un objet privé de toute vie, un appareil mécanique et inerte. Il exécute un programme destiné à imiter les mouvements d’un corps animé. Dès qu’il se meut, sa poésie survient : illusion de vie, illusion d’émotions.

Automate I est la pièce mixte à l’origine d’un cycle de pièces autour de la harpe et de cette thématique. Cette pièce se construit autour de l’image d’une boîte à musique. Elle hésite à se lancer, parfois s’enraye et se détraque, et demeure toujours en boucle sur les mêmes idées sans pouvoir s’en échapper. Elle est en lutte contre ses engrenages et ses mécanismes qui la constituent, dans une tentative peut être vaine de s’en libérer.

L’image de l’automate ne cesse de m’inspirer, reflet d’un presque humain, et me permet de m’interroger sur le lien homme – machine, interprète – électronique, programme – liberté.

  • Vincent Raphaël Carinola, Cleyzieu, novembre 2022 (In situ III), pour flûte et harpe, création.

Une ligne mélodique avance, hésitante, tournant sur elle-même, ignorant où se poser. Elle se concrétise dans des lieux et des temporalités singuliers, ici à Cleyzieu, dans le Bugey, chez Catherine et Patrick Michal, durant le mois de novembre 2022, troisième étape(*) pour un flux nomade qui poursuit sa route, hésitant, tournant sur lui-même, ignorant où se poser, donnant lieu à d’autres œuvres, dans d’autres lieux, in situ.

(*)La première étape était Cabriès, décembre 2021, pour piano : https://www.vrcarinola.com/oeuvres/cabries. La deuxième, Chermignon, juillet 2022, pour guitare.

  • Vincent Raphaël Carinola, Métiers d’hier et d’aujourd’hui : La Pharmacienne (2021-2024), pur harpe, création.

La Pharmacienne est issue de la musique du spectacle « Le fabricant de miroirs », commandée et créée par le Trio Salzedo, sur un texte de Helga Kasper inspiré du conte homonyme de Primo Levi. Le défi proposé à l’interprète consiste à se dédoubler en, d’une part, un personnage entrepreneur, dynamique, sûr de lui, exerçant une activité soignant le corps, et, d’autre part, l’interprète d’une musique reflétant la lutte intérieure d’un esprit tourmenté.

Clément Chazelle (régie générale), Christian Borgat, Pierre-Marie Gudefin (technique son)

Notes biographiques

Anne Castex, née en 1993, est compositrice de musique instrumentale, électroacoustique et mixte. Elle suit des études de piano et obtient un Master de Musicologie à l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès au cours duquel elle s’intéresse à la musique contemporaine et au processus de création. Elle commence alors au Conservatoire de Toulouse un cursus de composition instrumentale dans la classe de Guy Ferla et de composition électroacoustique dans la classe de Bertrand Dubedout et obtient son diplôme de Fin d’études mention Très bien en 2019, complété par des Prix de piano, de Formation musicale, d’analyse et d’écriture. Actuellement étudiante au CNSMD de Lyon, elle décroche en 2022 son DNSPM mention Très Bien en composition (musique mixte) dans la classe de Michele Tadini. Pour son Master, elle étudie la composition instrumentale auprès du compositeur Martin Matalon. Lauréate de la Luxembourg Composition Academy avec l’ensemble United Instruments of Lucilin et les compositeurs Philippe Leroux et Elena Mendoza, elle reçoit des commandes de l’ensemble Multilaterale et de l’Ina-GRM. Ses œuvres ont été jouées au Festival MANCA (Nice), au Forum ByPass, à Philharmonie de Paris et à la Maison de Radio-France.

Vincent-Raphaël Carinola écrit des œuvres pour des formations instrumentales avec ou sans dispositif électroacoustique, des œuvres acousmatiques, pour la scène, des installations, etc. À travers ses expériences il explore des domaines aussi divers que les processus génératifs (Tourmaline, Ohr(fee), Sens Interdit), la spatialisation du son (Cielo Vivo, Cinq Études pour une Odyssée), la musique mixte (Devant la loi, Constructio ad sensum), l’intégration de l’image et de la scénographie dans le processus d’écriture (Typhon), les dispositifs interactifs (Toucher, Virtual Rhizome), la musique en réseau (Flux æterna) ou la mise en musique de textes littéraires (Zone(s) de combat). Présentées dans de nombreux festivals, elles ont bénéficié de commandes de différents organismes, parmi lesquels : la Fondation Boucourechliev, l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, le Ministère de la Culture Français, Radio France, les Centres Nationaux de Création Musicale ou Impuls neue Musik. Ses œuvres sont résultat d’une étroite complicité avec des amis musiciens et des ensembles très engagés : Claudio Bettinelli, Anne Mercier, Fabrice Jünger, Frédérique Cambreling, Eric Porche, Jean Geoffroy, l’Ensemble XXI.n, EOC, L’Instant Donné, Aleph, Ensemble Intercontemporain, Odyssée et Cie, Zone(s) de Combat, le trio Salzedo… En parallèle avec son activité de compositeur, il produit des textes théoriques (Composition, technologies et nouveaux agencements des catégories musicales, PUSE, 2022) et enseigne à l’École Supérieure de Musique Bourgogne-Franche-Comté et à l’Université de Saint-Étienne. Vit et travaille à Lyon et à Dijon. https://www.vrcarinola.com/

Après avoir débuté au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Mâcon, Anne-Sophie Pannetier intègre le Conservatoire Régional de Lyon où elle obtient son prix de sortie ainsi que son Diplôme d’Études Musicale en Harpe, Formation Musicale et Musique de Chambre. Actuellement enseignante au Conservatoire Régional de Lyon de formation musicale, elle a étudié au CEFEDEM Auvergne-Rhône-Alpes où elle obtient son Diplôme d’État en harpe et formation musicale et termine actuellement sa formation au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon dans le but d’obtenir le Certificat d’Aptitude. En 2015, elle remporte le premier prix des clés d’or à Paris puis le premier prix du concours international de harpe de Limoges. Elle a également été lauréate du concours international de harpe Félix Godefroid en 2017. Passionnée de musique de chambre, d’orchestre et de création, elle tient à pratiquer la musique dans sa dimension collective. Elle a ainsi pu jouer avec l’Orchestre de l’opéra de Saint-Etienne et à l’Orchestre National de Lyon. Anne-Sophie est également en Master interprète au CNSMDL dans la classe de Fabrice Pierre.

Flûtiste française née en 1999, Maïne Pion-Piola se consacre à l’exploration des répertoires aussi bien contemporains que baroques. Après avoir débuté la flûte au CRR de Paris, elle effectue un Master d’interprétation au CNSMD Lyon. Au travers de ses nombreux projets s’est peu à peu dessiné un intérêt particulier pour l’interdisciplinarité (danse, arts visuels, supports multimédias), recherche matérialisée notamment par des partenariats avec différents musées pour des récitals et spectacles. Parallèlement, elle mène des projets se rapprochant des esthétiques ambient/post-punk et expérimentales. Maïne se produit en soliste, en orchestre et au sein de l’ensemble In Arcana depuis 2022.